Enseignement de spécialité (LEGT)

Enseignement de spécialité EPS (LEGT)

ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE EPS en LEGT  : "Education Physique, Pratique et culture Sportive (EPPCS)

Les enjeux et objectifs de cet enseignement de spécialité (ES)
Comme tous les ES, il vise à répondre « aux goûts et motivations des élèves dans les domaines qu’ils souhaitent approfondir pour construire leur projet personnel ». « Cet enseignement devra permettre aux élèves de développer :
- Une pratique approfondie et équilibrée d’APSA ;
- Des compétences transversales (confiance en soi ; gestion de ses émotions ; esprit critique ; sens de l’engagement ; travail en équipe, par projet …) essentielles à la réussite de leurs parcours ;
- Un regard critique et éclairé sur leur pratique et la diversité de ses enjeux
- Une connaissance de la diversité des secteurs professionnels liés au sport et à la pratique physique »

Les publics :
De ces enjeux découlent le public visé qui se veut large et diversifié : filles et garçons, sportifs plus ou moins affirmés, ayant une appétence pour la pratique physique et/ou motivés par des perspectives professionnelles supposant des études courtes ou longues en lien avec le sport, le « physique » ou le corps, …
Cet enseignement n’est pas une propédeutique aux STAPS.
« Le nouvel ES « éducation physique, pratiques et culture sportives » offre des perspectives de parcours d’études et d’insertion professionnelle dans de nombreux secteurs tels que les métiers de la santé et du bien-être, l’enseignement, l’entraînement, la gestion, la communication, le secteur événementiel, la recherche et la sécurité. » (Com. de presse)
Les sportifs de haut niveau doivent pouvoir être accueillis dans cet ES, au même titre que les autres élèves.
Les moyens
L’organisation d’un ES prévoit 4 heures-élèves en première et 6 heures en terminale. Rappel : l’enseignement optionnel EPS est maintenu et prévoit 3h de la 2nde à la Term avec possibilité d’intégration ou de sortie à chaque année.
L’expérimentation est portée politiquement avec l’objectif de 1 à 3 établissements par académie. En 2022, ces mêmes établissements ouvriront la spécialité en terminale et les académies pourront proposer de nouveaux établissements en classe de 1ère. (Com. de presse).
Ainsi, pour son implantation, les discussions doivent s’engager en dialogue de gestion avec les autorités académiques lors de la définition de la carte des formations. Un même lycée peut cumuler enseignement optionnel et enseignement de spécialité mais la problématique de moyens risque d’amener à faire des choix entre l’un et l’autre. En outre, le cumul des deux ne doit pas supposer le mélange des élèves et des moyens au risque de rendre illisibles les différents enseignements proposés. Même à terme, il n’est sans doute pas envisageable que les enseignements optionnels soient tous transformés en enseignement de spécialité.
Les contenus
« En plus des enseignements en éducation physique et sportive, il intégrera d’autres champs disciplinaires (sciences, humanités…) en associant des apports pratiques et des contenus théoriques » (com. de presse). « Le programme de cet enseignement s’appuiera sur la complémentarité des apports pratiques et des contenus théoriques, issus de différents champs disciplinaires (EPS, sciences, humanités), sur la pratique et la culture sportives : la pertinence de ces différents contenus et leur cohérence d’ensemble devront être murement réfléchies. » (Lettre de cadrage)
L’évaluation
L’évaluation répondra au cadrage national des enseignements de spécialité, à savoir : en terminal (coeff 16) au-moins un écrit national entre 3h30 et 4h (réflexion en cours sur une partie pratique et un oral) ; en première (dans les 30% du CC pour les élèves qui ne poursuivront pas l’ES).

Mise à jour : 22 juillet 2021

Imprimer la page Modifier la taille des caractères Modifier la taille des caractères